Le monde du travail dans le Finistère (1800-1970)

Etudier le monde du travail dans le Finistère du XIXe siècle aux années 1970, c’est permettre à nos élèves de comprendre les mutations économiques et sociales de notre département sur la longue durée, mais aussi de travailler sur des secteurs d’activités qui ont autrefois fait la richesse de nos communes. 

À l’heure où la crise fragilise nos secteurs d’emplois traditionnels, il est important que nos élèves prennent conscience que le Finistère fut une terre de travail et de prospérité économique.

Les documents qui ont été retenus pour réaliser ce dossier sont d’une grande diversité. Nous avons souhaité montrer l’extraordinaire richesse des fonds d’archives de l’histoire du travail dans le Finistère. Les archives iconographiques sont issues des collections de cartes postales, des en-têtes de factures ou de collections particulières. Quelques documents filmiques ont été retenus. Les archives manuscrites et tapuscrites sont aussi bien représentées sous la forme de rapports, de compte rendus ou de descriptions.

Pour une exploitation optimale des documents en classe, notamment manuscrits et tapuscrits, il est conseillé de parcourir l'outil à l'aide d'un TBI (tableau blanc interactif).

Quelques repères chronologiques

Outil pédagogique réalisé avec la participation de Pierre Martin, professeur d'histoire, conseiller relais auprès des Archives départementales du Finistère - 2015/2016

Pistes pédagogiques

► Mines, carrières et mineurs dans le Finistère
Des plans de mines, des représentations de carrières, des textes sur les conditions de travail, des rapports d’accidents et des documents sur les conflits sociaux peuvent permettre aux élèves de prendre conscience de la condition ouvrière au XIXe siècle.

► Travailler à l'usine dans le Finistère
L’importance des documents concernant ce thème permet de dresser un panorama riche de la diversité du monde de l’usine dans le Finistère autrefois : des conserveries, aux mines, en passant par la manufacture des tabacs de Morlaix ou les chantiers navals. Les risques, les conditions de travail, le travail des enfants, les formes de sociabilités ouvrières et la question sociale peuvent aussi être évoqués.

► Capitaines d'industrie et bourgeoisies dans le Finistère
Le monde du travail c’est aussi le microcosme du patronat. Les en-têtes de factures peuvent inviter nos élèves à effectuer des recherches sur les grands capitaines d’industrie finistériens. Des documents iconographiques et filmiques rendent compte du mode de vie des grands bourgeois et entrepreneurs finistériens à travers leurs loisirs et leurs lieux de villégiatures. 

► Les travailleurs de la mer dans le Finistère
Le département du Finistère compte 1 430 kilomètres de côtes. Les activités maritimes y sont variées mais ont connu de nombreuses mutations. Ici, les élèves pourront se plonger dans le monde de l’exploitation du milieu maritime sur la longue durée. Des ramasseuses de goémon, aux thoniers ligneurs de Concarneau c’est tout un monde qui a aujourd’hui disparu. Les travailleurs de la mer c’est aussi les chantiers navals et les ouvrières d’usines qui filetaient  les poissons pour les conserveries. De nombreux documents peuvent permettre aux élèves de comprendre  les mécanismes et les conséquences d’une crise comme la grande crise sardinière.

► Le monde agricole dans le Finistère
Le Finistère c’est aussi une agriculture diversifiée. Les documents ici rassemblés sont variés. Des photographies de manifestations, des rapports sur les conditions de vie dans les campagnes au XIXe siècle mais également des cartes postales sur les sociabilités dans le monde agricole sont l’occasion pour les élèves de découvrir un monde qui a connu de profondes mutations.

► Le monde du commerce dans le Finistère
Les documents que nous avons rassemblés doivent permettre aux élèves de comprendre les grandes mutations qui ont affectées le monde du commerce du XIXe siècle à la naissance des grands magasins. Certains documents évoquent l’histoire des résistances des petits commerces face au développement des grands magasins dès les années 1930.

Marges et bas-fonds
L'étude des sociétés urbaines et du monde du travail ne peut faire l'impasse sur les classes réputées "dangereuses". La croissance des ports et l'installation de l'armée ont contribué au développement des tripots, bars à filles et des maisons de tolérances. Les conditions de travail abominables se traduisent par les problèmes liés aux maladies vénériennes. Par ailleurs, le monde des nomades jouit déjà d'une très mauvaise réputation. Les stéréotypes de voleurs de poules et de troubles à l'ordre public reviennent régulièrement dans les archives et stigmatisent des populations souvent rejetées. Toutes ces populations marginales et marginalisées font l'objet de contrôles réguliers de la part d'une police qui se professionnalise et se spécialise.

► L'émigration des bretons
Dans le cadre du thème d'histoire imposé en classe de seconde sur "les migrations des européens au XIXème siècle", une étude sur les bretons permet de donner une dimension patrimoniale à cette thématique. Une typologie des migrations peut être envisagée à la fois dans la durée (migrations temporaires et migrations définitives) et dans les destinations (France, Europe, Outre-mer et colonies). Cette étude pourrait être avantageusement complétée par l'analyse d'une planche de bécassine.