Dans le cadre de la Semaine internationale des archives organisée par l'ICA (Conseil international des archives), une soirée-débat s'est tenue aux Archives départementales du Finistère autour de la conception des archives du 21e siècle, notamment en questionnant le thème du numérique en trois axes : navigation sur le site internet, politique numérique et archives numériques natives.

Merci aux participants qui ont rendu possible un débat vivant et enrichissant.

Afin de poursuivre ensemble la réflexion, nous sommes ravis de vous annoncer qu'à l'occasion de la refonte du site internet www.archives-finistere.fr qui interviendra à partir de 2020, les Archives départementales du Finistère organiseront en fin d'année une rencontre-débat plus appronfondie sur cet outil essentiel et nous vous associerons par la suite aux réflexions sur les évolutions à mettre en oeuvre pour la mise en ligne du nouveau site internet en 2021.

Résumé des échanges de la soirée du 6 juin :

Navigation sur le site internet des Archives

Le site est triste en termes d'ambiance graphique
Les termes utilisés pour les rubriques sont parfois hermétiques (Histoire d’entreprendre) ou trop précis et donc peu parlant pour le lecteur (dénombrements de population au lieu de recensements de population)
Ne devrait-on pas hiérarchiser le bloc majeur salle de lecture et fait apparaitre clairement la partie archives numérisées ?

Des contraintes techniques nous obligent à faire évoluer de façon majeure notre site internet. À cette occasion, une réflexion qui prend en compte les remarques et suggestions des internautes va avoir lieu pour revoir l’ergonomie, l’architecture et le graphisme du site pour une mise en ligne en 2021.

Politique numérique

L’arrivée de l’ensemble des inventaires sur internet doit-elle condamner l’ensemble des inventaires papier ?

Progressivité de la disparition de cette forme d'inventaire, mais qui prendra tout son sens lorsque le numérique apportera une plus-value vis-à-vis du papier (de la reconnaissance de caractères à l’indexation fine des ressources en ligne en passant par l'autocomplétion des termes dans le moteur de recherche)

Il faudrait enrichir les grandes masses documentaires numérisées en ligne par une indexation fine (ex : dénombrements de la population)

L’ouverture libre et non contrôlée à l’indexation collaborative peut conduire à de sérieuses déconvenues (déséquilibres dans les fonds, multiplication des erreurs) pour un site et une institution qui doit la mise à disposition d’informations fiables à son lectorat.
Les partenariats contractuels sur un périmètre défini avec les associations locales peuvent permettre de compenser un certain nombre de ces écueils.

Et la numérisation collaborative ?

En termes de droits et de gestion de ces données, souvent partielles, le gain pour la collectivité n’est pas évident, notamment au regard des devoirs en matière de fiabilité de la source pour l’institution et du travail de normalisation et de reprise pour l’intégration de ces données dans les inventaires par les archivistes.

Archives numériques natives

Qui assure le nommage des documents nativement numérique ? Est-ce automatisé ?

Période transitoire. Le système n’est pas entièrement automatisé car les outils de la collectivité (Département du Finistère) ne sont pas encore tous adaptés aux outils de gestion électronique de documents ou aux systèmes d’archivage électronique.
Toutefois, il est noter que  la production de documents nativement numériques ne remet pas en compte les fondements de l’archivage.

Quelle place serveur est réservée au système d’archivage électronique dans le Département ?

Les données sont hébergées sur des serveurs dans une salle blanche informatique de la direction des système d'information du Département. Actuellement, la capacité de stockage se monte à 1 térabit avec une demande de 4 térabits pour les temps à venir. 4 térabits sont aussi réservés sur les serveurs pour les archives numérisées.

0 Commentaires
juin 7, 2019