De 1959 à 1973, Jacques Charpy a dirigé les Archives départementales du Finistère. Il est décédé jeudi 7 juin dernier, à l'âge de 91 ans.

Né à Saint-Lô le 2 novembre 1926, Jacques Charpy est diplômé de l'École des chartes en 1951 avec une thèse sur Les haras d'Ancien Régime et l'élevage du cheval en Bretagne (1666-1790). Il est alors nommé, à 24 ans, conservateur des Archives de l'Afrique occidentale française à Dakar, avec la mission d'y refonder un véritable service. Revenu en France en 1959, c'est en Bretagne que se déroule la suite de sa carrière, d'abord comme directeur des services d'archives du Finistère puis comme directeur des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, où il est nommé en 1973 et qu'il quittera au moment de la retraite, en 1991. Dans ses fonctions successives, il laisse le souvenir d'un archiviste soucieux de modernisation et engagé dans la conservation et la diffusion des archives à tous les publics : il crée à Rennes le service éducatif des Archives départementales, des ateliers de reliure, de restauration, de microfilmage et de photographie, et contribue à fonder plusieurs services d'archives communaux.

Outre de nombreux instruments de recherche - notamment un précieux Répertoire des archives de l'Afrique occidentale française (7 volumes publiés entre 1954 et 1958) -, les guides des Archives du Finistère (1973) et de l'Ille-et-Vilaine (1991-1994), on lui doit des travaux importants sur l'histoire de la Bretagne, qu'il a également illustrée par son implication dans de nombreuses sociétés savantes. Il a été président de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne de 1975 à 1990 et président de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine de 1992 à 1994. Un volume de Charpiana lui avait d'ailleurs été offert lors de son départ à la retraite, sous l'égide de la Fédération des sociétés savantes de Bretagne.

Jacques Charpy était chevalier de la Légion d'honneur, commandeur du Mérite, chevalier des Palmes académiques, commandeur des Arts et Lettres et officier de l'ordre du Mérite du Sénégal.

Dans le Finistère, où il entre en fonction le 10 mai 1959, il commence par une remise en ordre matérielle de toutes les collections du dépôt, prélude à l’établissement de la série W, encore nouvelle, réservée aux versements administratifs postérieurs à 1940. Il fait face aux effets des transformations, modernisations et concentrations des services administratifs qui ont pour conséquence le versement aux Archives départementales de masses considérables de documents « qu’il fallut souvent aller quérir sur place » selon ses propres termes. Il entreprend également des tournées systématiques, toujours avec son personnel, afin de regrouper aux Archives départementales les archives notariales, et la quasi-totalité des documents jusqu’alors conservés dans les presbytères et les sacristies. Il visite les communes où il se déplace régulièrement, au point de les avoir toutes contrôlées entre 1959 et 1967.





























































Là aussi il parvient à faire réintégrer aux Archives départementales de nombreux documents qu’il place dans leur fonds d’origine, mais aussi à obtenir des dépôts d’archives communales. Le tableau sur la situation des archives dans les communes, qu’il adresse en 1965 aux Archives de France,  avant l’instauration de la fameuse loi de 1970 sur le dépôt des archives historiques des communes, témoigne de son action dans le département.  Pour les archives privées on lui doit notamment, en 1965, l’arrivée des archives de Kernuz.

Il s’attèle aussi à la mise au net de nombreuses séries d’archives anciennes et modernes, contrôlant les articles, corrigeant les répertoires et les inventaires, en publiant de nouveau. Il prépare ainsi patiemment un guide des Archives, qu’il publiera en 1973, alors qu’il s’apprête à rejoindre les Archives d’Ille et Vilaine.

Il assistera à la mise en place du collège universitaire à Brest, qu’il accompagnera en organisant la consultation des archives conservées à Quimper dans la salle de lecture des archives municipales de Brest. Le département a très vite mis en chantier la construction d’une annexe des Archives départementales au Bouguen, à proximité des nouveaux locaux de l’Université. Cette annexe, dirigée par Chantal Daniel, a accueilli des générations de chercheurs et d’étudiants.

Les Archives départementales tenaient à partager avec leur public le souvenir d’un homme au service de la protection du patrimoine, toujours dans l’action, engagé, bienveillant.

0 Commentaires
juin 11, 2018