Par convention passée entre les ministères de la Culture et de la Défense, les services départementaux d’Archives sont destinataires chaque année depuis 1968, d'une série de registres matricules en provenance du Bureau Central des Archives Administratives Militaires (BCAAM) de Pau.

Ces documents renferment les feuillets des états signalétiques et des services des jeunes gens déclarés aptes au service actif ou auxiliaire. Chaque versement annuel correspond à une nouvelle classe d'âge – plus exceptionnellement à deux et survient, en règle générale, quatre-vingt-dix années à compter de la date de naissance des intéressés. Aux Archives départementales du Finistère, ces documents couvrent pour l’instant les classes 1860 à 1940.
 
Ils font actuellement l’objet d’une numérisation et d’une mise en ligne progressives. Pour en savoir plus sur cette question, consultez la rubrique « Actualité des archives » de notre site internet.

Ces registres, conservés dans la sous-série 1 R (Préparation militaire et recrutement de l’armée 1800-1940) ne concernent cependant qu'une partie du contingent militaire. Les états signalétiques et des services des équipages de la Marine nationale (marins de profession astreints à l'inscription maritime), doivent être recherchés dans les registres matricules des dépôts des équipages et des quartiers maritimes, conservés pour notre département aux antennes brestoise et lorientaise du Service Historique de la Défense – Département Marine.

L’antenne brestoise du Service historique de la Défense (rue du Commandant Malbert. Premier bassin du port de commerce BP 46 29240 Brest Naval) détient :

- une partie des archives des quartiers maritimes de Saint-Malo et Dinan (les XVIIe et XVIIIe siècles ; les documents relatifs aux XIXe et XXe siècles étant conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, où sont également conservées les archives du quartier de Cancale, détaché de celui de Saint-Malo en 1860).
- la totalité des archives des quartiers maritimes de Saint-Brieuc, Binic, Paimpol, Tréguier, Lannion, Morlaix, Camaret-sur-Mer, Douarnenez, Audierne, Quimper et Le Guilvinec.
 
L’antenne lorientaise du Service Historique de la Défense (rue de la Cale-Ory. Enclos de la Marine 56 998 Lorient Naval) détient la totalité des archives des quartiers maritimes de Concarneau, Port-Louis, Lorient, Hennebont, Groix, Belle-Ile, Auray et Vannes. Les archives des quartiers du Croisic, de Saint-Nazaire, Nantes, Paimbœuf et Bourgneuf sont pour leur part conservées aux Archives départementales de Loire-Atlantique (6 rue de Bouillé. BP 23 505, 44035 Nantes cedex 1).

Avant toute recherche : quelques indispensables repères géographiques

Contrairement aux archives relatives au recrutement militaire issues des administrations civiles (préfecture, sous-préfectures…) et inscrites dans le cadre familier des arrondissements, cantons et communes, les registres matricules tenus par l’Armée sont gérés par bureau de recrutement, dans un contexte géographique assez différent de régions militaires et de subdivisions de régions.

Le Finistère compte deux bureaux de recrutement durant la période considérée :

- le bureau de Quimper, composé des arrondissements de Châteaulin (depuis la classe 1860 jusqu’à la classe 1895), Quimper et Quimperlé, et du canton de Crozon (depuis la classe 1860 jusqu’à la classe 1873).
 
- le bureau de Brest, composé des arrondissements de Brest, Morlaix, Châteaulin (à compter de la classe 1896) et du canton de Crozon (à compter de la classe 1874).
 
Le rattachement de l’arrondissement de Châteaulin au bureau militaire de Brest s’est opéré en trois étapes entre 1874 et 1925 :
 
- première étape : transfert du seul canton de Crozon. Les registres et tables créés à cette occasion s’intitulent Brest-Crozon et concernent les classes 1874 à 1897. Par convention, nous ne retiendrons par la suite que l’intitulé Crozon dans les différents documents de cette aide à la recherche.
 
- deuxième étape : transfert des autres cantons de l’arrondissement de Châteaulin. Les registres et tables créés à cette occasion s’intitulent Brest-Châteaulin et concernent les classes 1896 à 1924. Le canton de Crozon y sera intégré à compter de la classe 1898. Par convention, nous ne retiendrons par la suite que l’intitulé Châteaulin dans les différents documents de cette aide à la recherche.
 
- troisième étape : intégration de l’arrondissement dans son entier. Les tables et registres particuliers de Châteaulin sont fusionnés avec ceux de Brest à compter de la classe 1925, sous l’intitulé Brest.
 
Pour mémoire : l'arrondissement de Quimperlé est supprimé lors de la mise en œuvre de la réforme Poincaré (décret-loi en date du 10 septembre 1926, prenant effet au 1er octobre de la même année). Les localités qui en dépendent sont rattachées à l’arrondissement de Quimper.
 
Pour en savoir plus, reportez-vous aux documents suivants :
 
 

Les documents

La liste départementale du contingent

La liste départementale du contingent est utilisée par l’administration militaire avant l’apparition du registre matricule. Dans le Finistère, elle concerne le suivi des classes 1860 à 1866. Tenue dans l’ordre chronologique des séances du conseil de révision (dont les procès-verbaux correspondants sont conservés dans notre sous-série 1 R, sous les cotes d’archives 1 R 401 à 407), la liste recense les jeunes gens déclarés propres au service. Il n’existe aucune table alphabétique permettant d’y accéder.

 

Le registre matricule

Le registre matricule apparaît en 1867. Tenu à jour par le commandant du bureau de recrutement de chaque subdivision militaire, il est établi par classe d’âge et constitué des feuillets individuels numérotés – « les états signalétiques et des services » – de tous les jeunes gens déclarés aptes au service actif ou au service auxiliaire et incorporés à ce titre dans l’armée.

L'impression des registres s'effectue dans un premier temps au gré des bureaux de recrutement. Leur présentation s'uniformise à partir d'une date qui varie selon les différents bureaux finistériens : 1874, pour Brest-Crozon et Quimper ; 1876, pour Brest-Châteaulin ; 1878, pour Brest. Chaque volume est alors destiné à l'inscription de cinq cents hommes ; chaque classe d’âge étant représentée par un nombre variable de volumes (deux  pour la classe 1867 ; dix-neuf  pour la classe 1940).
Ces registres sont moins complets que les documents relatifs à la conscription, versés par l’administration préfectorale, en ce sens qu'ils ne concernent que les hommes ayant effectivement accompli un service militaire, mais ils contiennent en revanche des indications précises sur chacun d'entre eux.
Certains feuillets individuels – particulièrement ceux qui concernent les classes d’âge mobilisées durant les deux derniers conflits mondiaux – peuvent comporter une ou plusieurs retombes. Ces petites languettes de papier sont collées à différents endroits du feuillet par l’administration militaire lorsque la place vient à manquer dans les cases pré-imprimées. Elles servent à inscrire – parfois recto verso – les détails des services, campagnes, blessures, mutations… des intéressés.
 

 

 

La table alphabétique du registre matricule

La table alphabétique du registre matricule est tenue, pour chaque classe d’âge, par bureau de recrutement militaire et constitue la clé d’accès aux registres matricules.

Comment effectuer une recherche ?


RechercheAvertissement au chercheur
 
La méthodologie et les exemples illustrés de recherche ci-dessous n’ont pas la prétention de répondre à toutes les problématiques, particulièrement les plus complexes (engagés volontaires devançant l’appel ; remplaçants ; conscrits affectés successivement en temps de guerre dans la Marine nationale et l’ Armée de Terre ; marins de la pêche ou du commerce ; marins de l’État…), mais se proposent plutôt de familiariser le lecteur à la manipulation et à l’exploitation des tables et registres matricules conservés dans notre sous-série 1 R (Préparation militaire et recrutement de l’armée 1800-1940) ou à leurs copies numériques mises en ligne sur notre site internet.
 
 

Si vous débutez...

 
Vous connaissez déjà...

     

Méthodologie générale de recherche dans les registres matricules

Méthodologie générale de recherche

       

Exemples illustrés de recherche dans les registres matricules

Exemple 1 : recherche d'une fiche matricule
Exemple 2 : recherche d'une fiche matricule, pas à pas

       
 

Accès direct au formulaire de recherche "Registres matricules"

    Formulaire de recherche "Registres matricules"